mercredi 18 avril 2018

Revue de presse internet - avril 2018






Vous voulez vérifier ce que Google et Facebook savent de vous? Spoiler: c'est super flippant.

L'avenir incertain du travail à l'ère de la 4ème révolution industrielle.

Lettre d'une militante: "La solidarité n'est pas un délit".

"L'effet Matilda", ou le phénomène de la minimisation des découvertes faites par les femmes scientifiques.

Même si elle n'aborde que l'une des deux raisons pour lesquelles l'homéopathie semble efficace, cette petite vidéo est tout à fait claire et édifiante.

Une infographie super bien faite pour démontrer l'intérêt de privilégier les circuits alimentaires courts.

Intéressant et amusant: une carte du monde avec la signification littérale du nom de chaque pays. (en anglais)

22 ambassadeurs recommandent LE livre à lire avant de visiter leur pays(en anglais)

lundi 16 avril 2018

Où je règle leur compte aux flocons de neige





Longtemps j'ai été une petite conne. 

Bon, j'avais des excuses. A 8 ans j'étais en CM1; on me faisait passer des tests de QI et en voyant le résultat, on débattait pour savoir si on m'envoyait dans une école spéciale surdoués à Nice ou si on me faisait sauter une troisième classe et rentrer en 6ème l'année d'après. J'avais un physique ingrat, zéro aptitude sociale et pas davantage de dispositions artistiques ou sportives; du coup, tout ma jeunesse, je n'ai été valorisée que pour mon intelligence soi-disant hors normes. Un conditionnement très peu propice au développement d'une saine humilité. 

dimanche 15 avril 2018

La semaine en bref #15





Lundi + Mardi:
★ Je bosse et j'angoisse. Du moins cela me rend-il prolifique, tant pour ma trad que pour mon blog. 

mercredi 11 avril 2018

Conseils à mon Moi futur pour surmonter le stress de ce printemps





Chère Moi de demain, des jours et des semaines qui vont suivre,

Depuis un mois, tu connais pas mal de déboires liés à la gestion de tes déplacements. Il y a d'abord eu la découverte que Chouchou s'était trompé en prenant vos billets de train pour Paris, environ une heure avant le départ. Puis la grève des cheminots qui, bien que tu la soutiennes absolument, t'a obligée à un gymkhana compliqué et stressant au possible, que tu devras recommencer au minimum le mois prochain. Par réverbération, tu as failli faire un malaise en payant les billets d'avion pour Hong Kong et Singapour et en imaginant tout ce qui pourrait merder d'ici fin septembre pour foutre en l'air ce voyage ruineux. D'autant que tu n'es même pas certaine d'avoir encore du boulot après fin mai (tu as de bonnes raisons d'espérer que tu trouveras quelque chose d'ici là, mais tu es du genre à ne pas considérer la peau de l'ours comme vendue avant d'avoir encaissé le chèque). A côté de ça, tu te retrouves cette année dans une situation fiscalement bâtarde qui t'oblige à payer tes charges sociales en double pendant 16 mois, qui t'a donné des sueurs froides en remplissant ta déclaration Agessa et qui t'en donnera de bien pires encore quand tu devras déclarer tes revenus de l'an dernier au Trésor Public d'ici début juin. 

Bref, nerveusement parlant, tu es au bout de ta vie. 

mardi 10 avril 2018

Mon anti bucket list




(Autrement dit: les choses qui pourraient être des objectifs pour d'autres gens mais que, pour ma part, je veux surtout ne jamais, JAMAIS faire dans ma vie)

dimanche 8 avril 2018

La semaine en bref #14





Lundi: 
Malgré les travaux dans le centre et le jour férié, une grande partie des commerces monpatelinois sont ouverts aujourd'hui, ce qui m'évitera de me nourrir de vieux machins Picard fossilisés. 
★ Y'a pas que chez Chouconut que je suis considérée comme une bonne cliente: ma fleuriste m'envoie me servir directement dans son frigo pendant qu'elle emballe la plante de la dame avant moi. "Y'a du monde aujourd'hui, ça fait plaisir, j'ai pas sacrifié mon jour de congé pour rien", se réjouit-elle avant de me féliciter: "Vous avez repéré ma seule botte de tulipes doubles; il fallait avoir l'oeil!" (Cela dit, je n'ai pas fait une affaire: quelques jours plus tard, les tulipes doubles vireront au marron sans s'être ouvertes.)

samedi 7 avril 2018

La vie est trop courte





pour repasser alors qu'il suffit d'acheter des vêtements avec un peu d'élasthane
pour se forcer à finir un livre qu'on n'aime pas
pour se prendre la tête avec des détails
pour fréquenter des gens qui nous gonflent
pour se torturer à essayer de correspondre aux canons de beauté en vigueur
pour se priver de manger ce dont on a très envie
pour remettre à demain ce qui nous ferait vraiment plaisir aujourd'hui
pour ne pas utiliser la belle vaisselle de peur de l'abîmer
pour décider qu'on sera heureux quand on aura un meilleur salaire/un(e) partenaire/un nouvel appart'
pour attendre que les conditions soient idéales avant de se lancer
pour la remplir de choses à faire au point de n'avoir plus le loisir d'en savourer aucune
pour ne pas prendre le temps de prendre le temps
pour étouffer nos pulsions bienveillantes de crainte qu'elles soient mal reçues
pour ne pas faire des gens qu'on aime une priorité
pour ne pas écouter la petite voix en nous qui sait très bien de quoi on a envie et besoin
pour répondre "oui" alors que tout en nous crie "non"
pour ruminer des rancoeurs ou se laisser bouffer par des regrets
pour se résigner à subir ce qui peut être changé
pour courir après une perfection insaisissable
pour ne pas s'aimer soi-même

jeudi 5 avril 2018

Le homard




Au commencement j'étais molle. 

Dans tous les sens du terme. 

Physiquement, une petite chose blanche et dodue, dont ni la coupe de cheveux ultra-courte imposée par sa mère, ni la mode disgracieuse des années 70 ne venaient arranger la face de poisson-lune. 

Emotionnellement, une créature peu intéressée par les autres et sans défense aucune face à eux, pleurnicharde en diable qui exécrait tout effort physique et ne respirait que le nez dans ses bouquins. 

Si j'avais pu grandir dans une bulle, tout se serait très bien passé. 

mercredi 4 avril 2018

Mésaventures ferroviaires (2)





Autant vous prévenir tout de suite: ce billet n'aura sans doute pas grand intérêt sauf pour les gens qui sont embêtés pour circuler pendant la grève de la SNCF. C'est pour eux que je relate mon expérience, en espérant que ça pourra leur servir!

Or donc. Mon plan initial pour la semaine prochaine était le suivant: faire Toulon-Aix-en-Provence le jeudi matin, passer la journée à Aix avec mon amie Isa, dormir sur place dans un joli hôtel et repartir le lendemain pour monter à Bruxelles avec un combo TGV Aix-Paris puis Thalys Paris-Bruxelles. Problème: le vendredi sera un jour de grève où on s'attend à ce que très peu de TGV circulent, surtout sur l'axe Sud-Est, et je ne voulais pas me retrouver coincée à Aix une deuxième voire une troisième nuit sans hébergement. Donc, j'ai présenté mes excuses à Isa et lui ai dit que ça ne serait que partie remise, puis j'ai entrepris de déplacer mon Aix-Bruxelles du vendredi au jeudi histoire de faire Toulon-Bruxelles dans la journée.

Envies d'avril




mardi 3 avril 2018

Les cabanes de Rensiwez





Depuis des années, je rêvais de passer une nuit dans une cabane. Mon plan originel impliquait que la cabane en question soit perchée dans un arbre pour coller à un vieux fantasme d'enfant, mais en effectuant des recherches sur internet, j'ai eu le coup de foudre pour les cabanes de Rensiwez dont l'aménagement me semblait beaucoup plus attirant que celui de toutes les cabanes dans un arbre accessibles depuis Bruxelles. Pour mon anniversaire, je me suis donc décidée à réserver - et en m'y prenant un mois à l'avance, pour un lundi soir hors saison touristique, la seule cabane encore disponible sur le site était la Thalia. J'aurais préféré une de celles équipées d'un bain nordique ou mieux encore, d'un sauna, mais je tenais à la date. Donc, en avant pour la Thalia et deux petits déjeuners à base de produits du cru. Montant total de la facture: 160€. 

dimanche 1 avril 2018

La semaine en bref #13



"Envoyez tous mes hommes à Vienne!"

Lundi:
★ Pendant que nous sommes aux cabanes de Rensiwez, David m'appelle pour me souhaiter un bon anniversaire tout en emmenant les garçons à un concert de Toto. Plus tard, c'est le tour de ma soeur avec qui je reste trois quarts d'heure au téléphone alors qu'on n'aime ça ni l'une ni l'autre. Et à la sortie du Zénith, Attila m'envoie un texto en son nom et celui de son frère. Je n'avais aucune nouvelle directe d'eux depuis août dernier et c'est sans doute ce qui m'a fait le plus plaisir aujourd'hui. 

jeudi 29 mars 2018

Lectures de Mars 2018





ROMANS
- La maison aux secrets (Catherine Robertson) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Konbini (Sayaka Murata) ♥︎♥︎♥︎
- A treacherous curse (Deanna Raybourn) ♥︎♥︎♥︎
- Knit one, girl two (Shira Glassman) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Three things about Elsie (Joanna Cannon)
- How to be happy (Eva Woods) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- American panda (Gloria Chao) ♥︎♥︎
- The Disappearances (Emily Bain Murphy) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Le célèbre catalogue Walker & Dawn (David Morosinotto) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- La péninsule aux 24 saisons (Mayumi Inaba) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Je suis le genre de fille (Nathalie Kuperman) ♥︎♥︎
- Comme une mule qui apporte une glace au soleil (Sarah Lapido Manyika) ♥︎♥︎♥︎
- Le Pactole (Cynthia d'Aprix Sweeney) ♥︎♥︎♥︎
- Le goût sucré des souvenirs (Beate Teresa Hanika) ♥︎♥︎♥︎
- Spellslinger T2: Shadowblack (Sebastien de Castell) ♥︎♥︎♥︎
- The darkest minds (Alexandra Bracken) ♥︎♥︎

BEDE/MANGA
- Voyage au bout de l'été (Keiko Nishi) ♥︎♥︎♥︎
- Le goût d'Emma (Takahama/Maisonneuve/Pavlowitch) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Isabella Bird femme exploratrice T2 (Taiga Sassa) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- March comes in like a lion T8 (Chica Umino) ♥︎♥︎
- The ancient magus bride T8 (Kore Yamazaki) ♥︎♥︎
- La Ptite Lu (Lucie Guyard) ♥︎
- Dryades (Tiffanie Vande Ghinste) ♥︎♥︎♥︎
- Porcelaine T3: Mère (Benjamin Read/Chris Wildgoose) - en cours
- Zenobia (Morten Dürr/Lars Horneman) ♥︎♥︎♥︎
- Artiste T1 (Taro Samoyed) ♥︎♥︎♥︎
- La trilogie de la citadelle T1: L'escalier vers les nuages bleus (Anne Opotowsky/Aya Morton) ♥︎♥︎♥︎♥︎♥︎
- La cantine de minuit 3 (Yarô Abe) ♥︎♥︎♥︎
- Ceux qui restent (Josep Busquet/Alex Xöul) ♥︎♥︎

DIVERS
- The official grimoire: A magickal history of Sunnydale (A.M. Robinson) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- You do you (Sarah Knight)

mercredi 28 mars 2018

Mésaventures ferroviaires (1)





Hier, au retour d'une super excursion d'anniversaire que je vous raconte très bientôt, j'essaie de changer mon Bruxelles-Toulon prévu pour le 3 avril, premier jour de la grève des cheminots. Le numéro du service client est, bien entendu, toujours en dérangement. Sur la page concernée du site internet, on m'indique que mon billet n'est échangeable gratuitement que dans un point de vente SNCF, mais que sur internet, je peux annuler le billet initial à 94€, direct et en 1ère classe, puis racheter pour le 2 avril un billet de 2nde avec 2 correspondances pas pratiques pour la modique somme de 288€. Euh, non. A la billetterie internationale de la gare du Midi, où je me suis traînée exprès, on me dit qu'il ne reste plus aucun point de vente SNCF en Belgique depuis 7 ans. Au bord de la En pleine crise de nerfs, j'achète des billets de Ouibus pour faire un aller-retour à Lille le lendemain en bousillant une journée de travail. 

dimanche 25 mars 2018

La semaine en bref #12





Lundi:
La propriétaire de Chouchou nous apprend que la voisine du 1er s'est suicidée. Le voisin du rez-de-chaussée ayant déjà fait de même il y a quelques années, je commence à m'interroger sur l'atmosphère de l'immeuble.
 La réservation des Air B'n'B à Glasgow et Edimbourg boucle dans la douleur (c'est cheeeer!) les préparatifs de notre voyage de juin. Il ne restera plus qu'à bloquer une séance de l'escape game sympa que j'ai repéré, et prendre les billets pour le ferry de l'île de Skye + les transferts depuis ou vers l'aéroport (qu'on achètera sur place).

samedi 24 mars 2018

Deux étirements pour les gens qui passent la journée assis devant un ordinateur


Cette semaine, je suis allée me faire masser par l'Incroyable M. Oh. Le haut de mon dos était horriblement tendu, un peu parce que je passe toutes mes journées voûtée sur le clavier d'un ordinateur portable, et un peu parce que chez moi, c'est dans cette partie du corps que va toujours se loger le stress. Du coup, j'ai demandé à l'Incroyable M. Oh s'il avait des étirements à me conseiller pour détendre un peu tout ça, et voici les deux exercices super-faciles-mais-super-efficaces qu'il m'a conseillés. Je les partage avec vous (et non "Je vous les partage", cette boucherie grammaticale qui m'agresse environ 17 fois par jour sur les réseaux sociaux, merci, bisous) parce que je suis bien certaine que ce problème de tensions localisées est très répandu chez les employés de bureau et les indépendants!



vendredi 23 mars 2018

Revue de presse internet - mars 2018






Comment de tout temps, la médecine a méprisé les douleurs des femmes. (en anglais)

Le meilleur traitement pour les maux de dos n'est pas celui qu'on croit.

A l'heure de "50 nuances de Grey" et de #MeToo, c'est quoi le "bon sexe"?

...Et la fameuse "culture du viol", elle recouvre quoi, au juste?

On s'en doutait un peu: les aliments ultratransformés favoriseraient le cancer.

On s'en doutait encore plus: le problème, ce n'est pas le coût des salaires mais celui du capital.

Pourquoi privatiser la SNCF n'est pas la solution.

Kyan Khojandi parle de créativité (dans la première partie de ce podcast), et c'est hyper intéressant.

Les effets de l'anxiété sur la mémoire. (en anglais)

Pour lutter contre nos complexes, inspirons-nous des animaux! (en anglais)

mercredi 21 mars 2018

Les conversations absurdes #27


CHOUCHOU: J'ai lancé la préparation du repas. 
MOI: OK, tu as fait quoi? 
CHOUCHOU: J'ai mis de l'eau à chauffer. 
MOI: ...
CHOUCHOU: Avec un bouillon cube dedans!
MOI: C'est bien, une tasse d'eau chaude parfumée, ça fera un dîner qui ne te restera pas sur l'estomac. 

Un brunch tout petit et un bus très rapide





Dernier jour à Paris. Chouchou descend nous chercher des viennoiseries et met longtemps à revenir car toutes les boulangeries du quartier sont fermées en ce dimanche à l'exception d'un lointain Paul - bizarre. Nous nous préparons et quittons l'appartement Air B'n'B avec notre petite valise, puis prenons à pied la direction de République car j'ai réservé chez Umami Matcha Café, un endroit que j'adore et dont je souhaitais tester le brunch depuis longtemps. Nous arrivons en début de service et optons tous les deux pour la formule Umami à 30€ (par opposition à la formule Veggie qui en coûte 28). Le menu est très alléchant. Le plateau qui nous parvient au bout d'une vingtaine de minutes l'est aussi, mais... Surprise, le burger et le dorayaki, que j'imaginais en taille normale, sont en fait tout petits. L'ensemble est excellent, avec des saveurs originales et subtiles, mais me laisse sur ma faim. Je reviendrai sûrement ici, mais juste pour le déjeuner. 

mardi 20 mars 2018

Des okonomiyaki, de la pop, un missionnaire et des hamburgés





Couchée à 23h30, j'émerge après une bonne nuit de sommeil et constate qu'il est... 10h40. Ah oui, quand même. Nous nous levons sans plus tarder et nous préparons pour aller déjeuner avec Autre Moi et Junior. La moitié des sorties de la station Opéra sont fermées; nous devons donc faire un grand détour sous la pluie pour gagner la rue des Petits Champs. Kioko est en rupture de stock de sobacha; en revanche, je trouve les deux livres que je voulais chez Komikku. 

lundi 19 mars 2018

Du boulot, de l'Irlande, de la laine et du Japon





Après une journée éprouvante et une nuit blanche, ce n'est rien de dire que je ne suis pas au meilleur de ma forme lorsque je me lève vendredi matin... Pendant que je tente de me convaincre que je ne suis pas du tout épuisée et que mon rendez-vous va très bien se passer (méthode Coué, mon amour), Chouchou descend à la bonne boulangerie conseillée par notre logeuse pour en rapporter croissants et pains au chocolat fort bienvenus puisque j'ai également sauté le dîner d'hier. Un peu rassérénée, je me dirige vers le métro avec une marge suffisante pour pallier tout nouvel imprévu, et arrive donc avec une demi-heure d'avance. Histoire de tuer le temps, je fais un tour à la Fnac voisine de chez mon éditrice et y achète deux mangas (le T8 de "March comes in like a lion", qui vient juste de sortir, et le premier d'"Artiste", dont le thème culinaire pourrait me plaire). 

dimanche 18 mars 2018

"J'ai survécu à la soirée d'inauguration de Livre Paris", un témoignage poignant de notre envoyée spéciale




Jeudi midi, une heure avant le départ de l'Izy qui doit nous emmener à Paris où j'assisterai le soir même à l'inauguration de Livre Paris, je vérifie les billets achetés par Chouchou mi-janvier et imprimés la veille. 

Ils sont au départ de Paris Nord et à destination de Bruxelles. Bien entendu, non échangeables et non remboursables. 

mercredi 14 mars 2018

Matière grise dans le rouge





Ce matin j'ai ouvert un oeil, le ciel était bleu et sans nuages, je me suis dit "Ca va être une belle journée". Chouchou a vu que j'étais réveillée et il m'a lancé: "Stephen Hawking est mort". 

...Bon, peut-être pas, alors. 

mardi 13 mars 2018

Reprochable




Parmi toutes les injonctions qu'on nous serine à longueur de journée, certaines relèvent d'un moule social dans lequel je me fiche éperdument de ne pas rentrer: je n'ai pas d'enfants, je ne suis pas douce et conciliante, je ne fais pas un 38, je ne me maquille pas, je ne m'épile pas sous les bras et j'emmerde bien fort toutes les idées préconçues sur la féminité. Mais même en me limitant aux valeurs avec lesquelles je suis en accord - en gros, une consommation responsable et l'égalité des droits pour tous, -, je n'arrive pas à être irréprochable 100% du temps. 

lundi 12 mars 2018

La semaine en bref #10





Lundi:
Le problème quand tu as un Bia Mara juste à côté de chez toi, c'est que la tentation est irrésistible les soirs où tu as la flemme de cuisiner...
 Pour la première fois de ma vie que j'achetais un e-book qui n'existe qu'en e-book, je suis bien tombée: "Knit one, girl two", courte romance entre deux artistes juives (l'une qui peint, l'autre qui teint de la laine) était une vraie lecture feel-good avec ses personnages adorables, ses dialogues merveilleux et son atmosphère bienveillante. J'étais dépitée d'arriver si vite à la fin.

dimanche 11 mars 2018

Soupe de gnocchi aux légumes





J'ai trouvé cette recette sur le blog A beautiful mess; je me permets de la relayer ici en français (et légèrement modifiée par mes soins) pour les non-anglophones. Elle est un peu longue à préparer mais délicieuse, nourrissante et digeste à la fois - végane, même, à condition de zapper le fromage à la fin. 

mercredi 7 mars 2018

"Everything sucks"


En 1996, dans l'Oregon. Trois "nerds" nommés Luke, Tyler et McQuaid font leur rentrée en 3ème au lycée de Boring. Au club d'audiovisuel où ils se sont inscrits, Luke craque pour Kate, la fille du proviseur, qui se demande si elle ne serait pas lesbienne. Très vite, ils réussissent à se mettre à dos les caïds du club de théâtre. Mais les membres des deux associations vont devoir oublier leur rivalité pour tourner un film ensemble...

10 épisodes de 25 minutes dévorés en 3 soirées: pas de doute, j'ai adoré "Everything sucks". A l'opposé total du nihilisme de "The end of the f***cking world", cette série présente des personnages attachants au comportement réaliste, évoluant dans une atmosphère bienveillante. Ce qui ne signifie pas que tout se passe toujours bien pour eux - comme le titre l'indique. 

mardi 6 mars 2018

Confessions d'une sociopathe






J'ai zéro empathie. 
Et pas beaucoup de compassion non plus. 
(Je suis toujours en train de défendre avec virulence l'une ou l'autre cause, mais ça n'a rien à voir avec l'empathie ou la compassion: d'un point de vue froid et rationnel, je ne supporte tout simplement pas l'injustice.)
J'ai un sens aigu de moi-même. Je sais très précisément comment je fonctionne et pourquoi. Dans la mesure où peu de gens fonctionnent de la même façon, ma connaissance de mes propres ressorts me rend aveugle et sourde à ceux d'autrui. 

dimanche 4 mars 2018

La semaine en bref #9





Lundi:
 Comme je devais me lever à l'aube blême à 8h ce matin, bien entendu, je n'ai pas réussi à m'endormir avant 3h hier. Il faut dire que je n'arrête pas de décaler mon coucher depuis que je suis à Monpatelin. Dès que je me retrouve seule, les horaires de repas et de sommeil valdinguent par la fenêtre. Y'a des gens que ça fait grossir d'être en couple; moi, c'est un peu mon garde-fou contre le grand n'importe quoi en matière d'hygiène de vie. 
 M'ayant examinée sous toutes les coutures, mon Gentil Généraliste m'informe que tous les grains de beauté, taches brunes, points rouges ou violets et autres fantaisies multicolores apparues sur ma peau au cours des derniers mois sont parfaitement inoffensifs. Voilà qui m'évitera près d'un an d'attente pour un rendez-vous chez ma dermato.
Cet après-midi, la neige s'invite à Monpatelin. J'en ai vu deux fois dans ma vie par ici: quand j'étais en seconde et l'hiver avant d'acheter mon appart'. Du coup, je me fends de ma première story IG (ratée car je n'ai pas trouvé comment faire ce que je voulais, mais tant pis). 

jeudi 1 mars 2018

Où le froid me rend pompeusement philosophe





Parce que l'hiver et certaines circonstances matérielles me portent à l'introspection (je veux dire: encore plus que d'habitude), je me demandais récemment quelle avait été la meilleure période de ma vie. Mon enfance? Harcèlement scolaire, pas d'amis, sentiment d'inadaptation totale. Mon adolescence? HA HA HA HA HA. Mes études? Seigneur, je détestais tellement cette école et cette ville. Mon entrée dans la vie professionnelle? Trois ans à galérer dans des boulots pas du tout faits pour moi. Le début de ma carrière de traductrice? J'ai enchaîné rapidement une IVG, un mariage précipité et un divorce houleux. L'année passée aux USA? Déprime absolue. Ma trentaine? Une liaison avec un type fraîchement marié avec qui je finirai par vivre malheureuse pendant 7 ans. Ma quarantaine? La mort d'une amie très chère, celle de mes deux chats à un an d'intervalle, puis celle de mon père; corollaire: des crises d'angoisse atroces. Aujourd'hui? On ne peut pas dire que les perspectives professionnelles et financières soient très riantes, que ce soit pour moi ou pour mon compagnon.

mercredi 28 février 2018

Février 2018




Lectures de Février 2018




ROMANS:
- L'année de l'Education sentimentale (Dominique Barbéris) ♥︎♥︎♥︎
- The haunting of Henry Twist (Rebecca F. John) ♥︎♥︎♥︎
- Les années (Annie Ernaux) ♥︎♥︎♥︎
- Le Club de l'Ours Polaire T1: Stella et les Mondes Gelés (Alex Bell) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- A fortune teller told me (Tiziano Terzani)
- Je suis une fille de l'hiver (Laurie Halse Anderson) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- The seven deaths of Evelyn Hardcastle (Stuart Turton) ♥︎♥︎♥︎♥︎♥︎
- 4 3 2 1 (Paul Auster) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- The only story (Julian Barnes)
- A curious beginning (Deanna Raybourn) ♥︎♥︎♥︎
- Les optimistes meurent en premier (Susin Nielsen) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- A perilous undertaking (Deanna Raybourn) ♥︎♥︎
- O Pulchérie (Nathalie Sauvagnac) ♥︎♥︎
- C'est où, le Nord? (Sarah Maeght) ♥︎♥︎
- The Hazel Wood (Melissa Albert) ♥︎♥︎♥︎
- Tir aux pigeons (Nancy Mitford) ♥︎♥︎

BEDE/MANGA:
- Petite balade et grande muraille (Maïté Verjux) ♥︎♥︎
- L'enfant et le maudit T1 (Nagabe) ♥︎♥︎♥︎
- Gloutons & dragons T4 (Ryoko Kui) ♥︎♥︎♥︎
- Eclat(s) d'âme T1 (Yuhki Kamatani) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Destins parallèles - Elle T1 (Daisuke Imai) ♥︎
- Destins parallèles - Lui T1 (Daisuke Imai) ♥︎

DIVERS:
- The year of less (Cait Flanders) ♥︎
- Professeur Goupil est amoureux (Loïc Clément/Anne Montel) ♥︎♥︎♥︎
- T'es sûr qu'on est mardi? (Voutch) ♥︎
- How to be calme (Anna Barnes) ♥︎♥︎♥︎

mardi 27 février 2018

[GAND] "Hello, robot" au Design Museum





J'avoue: livrée à moi-même, il ne me serait pas venu à l'idée d'aller voir une expo sur les robots, et encore moins de me rendre jusqu'à Gand pour ça. Non que les progrès en la matière m'effraient, bien au contraire, mais je ne peux pas non plus dire que le sujet me passionne. "Il y aura le vrai R2D2", a fait valoir Chouchou avec des yeux de Chat Potté. Star Wars, je m'en fous; par contre, je suis chroniquement incapable de résister aux yeux de Chat Potté de mon amoureux. Donc, j'ai vérifié qu'il y avait des escape games et des bars à cocktails décents dans le coin, et une fois rassurée sur l'intérêt de l'expédition, j'ai donné mon accord.

lundi 26 février 2018

Le patois provençal appliqué à la littérature et à la traduction





Avoir la pigne = être fortement agacé
"Quand j'achète un livre à 20€ et qu'il me tombe des mains au bout de 50 pages, j'ai la pigne."

Escagasser = massacrer
"Si mes exemplaires de traductrice étaient emballés un peu plus soigneusement, ils n'arriveraient pas tout escagassés."

dimanche 25 février 2018

La semaine en bref #8





Lundi:
 Je suis méga-déçue par la fin de "Bron/broen" - celle que j'avais imaginée était bien mieux. Globalement, je trouve que cette 4ème et dernière saison de la série est de loin la plus faible de toutes, avec une enquête  hyper décevante par rapport aux précédentes.

Mardi:
 Partie de Bruxelles plus tôt que d'habitude, je dois changer de train à Marseille et trouve un TER qui m'emmène directement à Monpatelin. Bilan: 2h30 de gagnées à l'arrivée, et la possibilité de faire mes courses au village dès ce soir. "C'est pas votre horaire habituel," commente d'ailleurs ma fleuriste.
 Le journal de Monpatelin m'informe que l'un des trois mariages célébrés le mois dernier a uni deux messieurs. Bon courage à eux dans une commune qui a voté à plus de 60% pour la droite dure au premier tour des dernières présidentielles.
 Je pensais que la foutue retraite complémentaire du RAAP allait grimper de 1% pendant 4 ans, et ça me faisait déjà mal au fondement, mais pas du tout: on était à 4% de nos revenus bruts l'an dernier, on est à 6% cette année, et j'imagine que l'an prochain, on se prend les 8% totaux dans la face. Glups.

mercredi 21 février 2018

lundi 19 février 2018

La semaine en bref #7





Lundi:
★ Je passe la journée en transe à cause de "The seven deaths of Evelyn Hardcastle", me dépêchant de finir mon quota de pages pour retourner lire sous mon plaid au crochet jusqu'à pas d'heure, ce qui ne m'était pas arrivé depuis longtemps.

Mardi:
★ Attaquer un bouquin de plus de mille pages alors que je me suis fixé comme objectif de lire un livre par jour en 2018, c'est sans doute un peu suicidaire, mais le dernier Paul Auster me fait trop envie. 
★ On profite de l'offre Orange "La 2ème place gratuite un mardi soir" pour aller voir "The shape of water". C'est très beau et très bien joué, mais il manque la quasi-totalité du background développée dans le bouquin (que j'ai traduit), et l'un des personnages principaux disparaît presque complètement. Du coup, je suis un peu frustrée. 

dimanche 18 février 2018

Si j'étais un homme




Si j'étais un homme, je me ficherais que les toilettes des trains, des bars et des restos soient propres ou pas puisque je n'aurais pas besoin des abdos de Schwarzenegger et du sens de l'équilibre d'une acrobate chinoise pour faire pipi en position de squat sans toucher la cuvette.

Si j'étais un homme, j'aurais perdu ma virginité en deux minutes chrono vaguement honteuses au lieu de batailler avec un hymen en titane pendant des mois.

Si j'étais un homme, j'aurais eu la pression d'arriver à bander et à maintenir mon érection assez longtemps à chaque rapport sexuel, mais jamais l'ennui de devoir feindre l'orgasme pour en finir avant que le caoutchouc du préservatif ne commence à fondre.

Si j'étais un homme, moi aussi, j'aurais pu me contenter de demander "Et tu comptes faire quoi?" au lieu de devoir subir une IVG la veille de Noël. Et la peur de retomber enceinte malgré la contraception n'aurait pas hanté toute la suite de ma vie sexuelle. Par contre, je me serais peut-être demandé si je n'avais pas un enfant quelque part à l'insu de mon plein gré. 

Les conversations absurdes #26


Nous venons d'avoir une longue conversation sur la privatisation prochaine du rail français et belge. Sans surprise, je suis contre. 
MOI (un peu énervée): De toute façon, les transports en commun, c'est comme l'éducation et les soins médicaux: tout le monde en a besoin, donc, ça doit rester un service public. 
CHOUCHOU (le nez dans ses raviolis): Alors pourquoi le fromage, c'est pas un service public?

jeudi 15 février 2018

[BRUXELLES] Une masterclass cocktails à l'hôtel Le Châtelain





J'avais tellement aimé le brunch au champagne de l'hôtel Le Châtelain, la qualité de l'accueil et les cocktails que j'étais retournée prendre au bar avec une amie quelques jours plus tard, que je n'ai pas hésité une seconde lorsqu'on m'a proposé de tester leur nouvelle masterclass cocktails. Un mardi soir, en compagnie d'une douzaine d'autres journalistes, blogueurs et instagrameurs, j'ai donc découvert leur salle à manger transformée en vaste atelier, avec des stations de travail pour deux personnes extrêmement bien équipées: alcools basiques, instruments parfois bizarres aux yeux d'une néophyte, corbeille de fruits frais, grand seau à glaçons... 

mercredi 14 février 2018

Les conversations absurdes #25


MOI: C'est dingue le nombre d'infos aléatoires que je collectionne avec mon boulot, et qui ne me serviront jamais à rien. Aujourd'hui, par exemple, j'ai découvert ce qu'était une sphère de Dyson. 
CHOUCHOU (fonçant sur Google pour se renseigner): Ah, ben si, ça peut être très utile en cas d'apocalyse zombie. 
MOI (ironique): Je doute qu'avoir monté 427 meubles Ikea dans ma vie me qualifie pour bâtir une infrastructure géante autour du soleil. 
CHOUCHOU (pas troublé le moins du monde): Il ne faut pas se sous-estimer. Tu te rappelles en cours de biologie, quand on apprenait la saponification?
MOI (résignée): Laisse-moi deviner. Tu veux qu'on mette les zombies en fuite avec notre excès de propreté? 

mardi 13 février 2018

[BRUXELLES] Escape Rush: Submarine bunker





Si vous avez un peu suivi nos aventures d'amateurs de l'évasion, vous avez dû vous rendre compte que les cadenas sont la plaie des joueurs chevronnés. Quand on a déjà une quarantaine de salles à son actif (et même bien avant ça), on devient nettement plus exigeant sur la qualité des scénarios et des énigmes. Alors, quand l'un des créateurs d'Escape Rush, qui a ouvert en janvier dans le quartier du cimetière d'Ixelles, m'a contactée pour me proposer de tester sa salle "high tech sans aucun cadenas", ma réponse a été aussi rapide qu'enthousiaste. Oui, oui, oui! Le temps de rameuter nos coéquipiers habituels, et quelques jours plus tard, nous débarquons dans des locaux impressionnants de par leur taille comme par le soin apporté à leur déco: ceux de l'agence Ravenswood...

lundi 12 février 2018

La semaine en bref #6





Lundi:
My Little Paris met en avant une recette de beignets fourrés à l'occasion de la journée mondiale du Nutella. Je ne peux pas m'empêcher de commenter que ça serait bien d'arrêter de faire de la pub pour cette merde. Je pense que je vais encore me faire traiter de troll, et je suis agréablement surprise de voir une levée de boucliers unanime contre cette publication. Je crois que nous aurons été nombreux à nous désabonner de leur compte aujourd'hui.
 Arrivée de la décision administrative tant attendue, qui représente 75% du résultat optimal possible. Joie et soulagement.
 ENCORE un film Star Wars? Mais quand est-ce que ça va s'arrêter?
 C'est bien ce qu'il me semblait: nous avons une fuite d'eau sous l'évier de la cuisine.

dimanche 11 février 2018

Ici et maintenant #2





La dernière fois que vous avez ri aux éclats: Quand Chouchou m'a annoncé que le téléphone fixe qui ne fonctionnait plus depuis des mois, et qu'on ne se décidait pas à remplacer parce qu'il n'y a que des démarcheurs qui nous appellent sur ce numéro, n'était juste pas branché. 

La dernière fois que vous avez pleuré: En regardant "Coco". La famille est devenue un sujet méchamment douloureux chez moi.

jeudi 8 février 2018

[BRUXELLES] "Wonderland" au MIMA





Dimanche, nous sommes allés au MIMA, le seul musée d'art contemporain dont j'apprécie toujours les expositions (même si je trouve qu'elles manquent souvent de femmes). Cette fois, il présente le travail du duo suédois Akay & Olabo. Ceux-ci, qui refusent de se laisser photographier, pratiquent l'art de la rébellion sous toutes ses formes. Vandalisme créatif dans des lieux publics abandonnés, détournement d'objets et de concepts sont à l'honneur dans "Wonderland". Il serait presque dommage de détailler en quoi consistent exactement les installations sélectionnées, tant j'ai eu de plaisir à les découvrir sur place. Sachez juste que toutes sont interactives et hyper-ludiques, si bien que même des enfants ou des personnes généralement hermétiques à l'art contemporain devraient aimer la visite...

mardi 6 février 2018

[BRUXELLES] SemSom, le deli libanais du quartier Flagey





Depuis la semaine dernière, un deli libanais a remplacé l'ancien SUP près de la place Flagey. SemSom est une initiative de Dane, l'un des anciens propriétaires du SUP, à moitié libanais par son papa - qui est son premier client et son critique le plus sévère! Dans un décor toujours sobre où domine le bois clair, le restaurant propose un assortiment de salades, d'houmous et autres dips qui peuvent être assemblés en assiette composée, mais aussi des wraps et des manoushes - sorte de pizzas tartinées de halloumi, de zaatar ou des deux. 

lundi 5 février 2018

La semaine en bref #5




Lundi:
Je boucle ma traduction de roman jeunesse avec deux jours et demi d'avance. Je viens juste de l'envoyer quand je reçois un coup de fil de la comptable de l'éditeur concerné, qui se confond en excuses pour l'augmentation de la CSG comme si c'était sa faute. Je lui dis qu'après la retraite complémentaire obligatoire à 8% qu'on nous a imposée l'an dernier, on n'en est plus à ça près. Elle n'était pas au courant. "Oh là là, mais comment vous faites?" me demande-t-elle, catastrophée.
★ 29 janvier et je n'ai toujours pas acheté de cartes de voeux. On va pas se voiler la face: pour 2018, c'est mort. Pardon à tous les amis qui ont pris la peine de m'en envoyer une, eux. Je tâcherai de me rattraper pour leur anniversaire.
★ Je teste ce cours de yoga pour l'ouverture des épaules, et comme d'habitude, je souffre le martyre. Décidément, le yoga et moi, on est fâchés en ce moment...

dimanche 4 février 2018

Tout est politique




faire ses courses à l'hyper / consommer de préférence bio-local-de saison / acheter ses fruits et légumes directement au producteur, sur le marché ou en adhérant à un système de panier hebdomadaire
manger de la viande à tous les repas / manger de la viande rarement, et bien la choisir / être végétarien ou végane
se faire plaisir avec plein de vêtements pas chers / acheter moins et plus éthique

samedi 3 février 2018

Envies de février




cette robe en jersey olive
ce panier à linge pour remplacer le nôtre, vieux et moche
cette petite table blanche pour y mettre téléphone et box au bout de notre canapé
la superbe pilea repérée le mois dernier chez Groendekor
un potager d'intérieur Lilo
ce kit de tissage pour me lancer
des aimants-portraits de Chouchou et moi
un cocktail chez Arthur Orlans
cette soupe carottes-patate douce-lait de coco
et cette soupe de lentilles-et-plein-d'autres-trucs
un week-end à Metz au printemps
...et un autre à Rotterdam + Scheveningen

vendredi 2 février 2018

Deux mois sans Amazon




A une exception près - le bouquin de photos de Pete Souza que je n'arrivais pas à me procurer ailleurs -, je n'ai plus commandé de livres papier sur Amazon depuis le 3 décembre dernier. Ca n'a pas été si difficile que je le pensais de rompre avec cette habitude pourtant enracinée depuis 20 ans (glups), et j'en ai retiré beaucoup de bénéfices: 

Janvier 2018



jeudi 1 février 2018

[BRUXELLES] Un nouveau Bia Mara à Ixelles!




Cela fait déjà plusieurs années que nous sommes clients du Bia Mara de la Bourse: un fish and chips  à l'approvisionnement responsable qui propose un grand choix de poissons, mais aussi du poulet et même une option végétarienne, ainsi qu'une panoplie de sauces toutes plus fabuleuses les unes que les autres (personnellement, j'avoue un faible pour la mayo à l'ail et à la truffe). Malheureusement, l'endroit est un peu victime de son succès, et il faut s'armer de patience pour aller y manger au débotté un vendredi ou un samedi soir... Alors, quand j'ai été invitée à l'inauguration d'un second restaurant situé à 10 mn à pied de chez nous, je n'ai pas hésité une seconde!