dimanche 2 septembre 2012

"L'âge des miracles"


Au début d'un automne que rien ne distinguait des autres jusque là, les journaux du monde entier annoncent que la rotation de la Terre est en train de ralentir et que les jours ont commencé à rallonger inexorablement. Personne ne sait pourquoi, et personne ne peut anticiper avec précision les conséquences de cet inquiétant phénomène. Mais très vite, les oiseaux commencent à tomber du ciel, les baleines à s'échouer en masse sur les plages et les plantes à mourir les unes après les autres. La gravité est perturbée, et le champ électromagnétique qui entoure la Terre se déchire. La consommation énergétique explose; les pannes d'électricité se multiplient. La population se divise en deux camps: celui des gens qui, conformément aux instructions gouvernementales, vont rester à l'heure des pendules malgré des périodes diurnes atteignant bientôt les 72h; et celui des écolos qui décident de régler leurs rythmes circadiens sur la nouvelle heure du soleil, au risque de devenir des parias au sein de leur propre communauté...

L'histoire est racontée, avec quelques années de recul, par Julia, 11 ans et demi au moment du ralentissement. Dans une ambiance de fin du monde, elle va traverser tous les problèmes inhérents  à cet âge où le corps commence à changer, où les relations avec les garçons prennent un autre tour, où l'on s'aperçoit que l'équilibre familial n'est pas aussi parfait qu'il y paraît. La menace diffuse qui plane sur l'humanité exacerbe les penchants naturels des adultes qui l'entourent. Sa mère paniquée entasse piles et boîtes de conserve dans chaque recoin de leur maison, tandis que son père médecin reste d'un calme à toute épreuve mais se montre de plus en plus absent. Julia, elle, observe les catastrophes écologiques qui s'enchaînent avec le détachement égoïste propre à l'adolescence. Au début, le ralentissement lui apparaît même comme quelque chose de vaguement excitant, une occasion de se rapprocher du garçon qui lui plaît. Moins angoissée que les adultes, plus adaptable et fataliste quant à son avenir sérieusement compromis, elle parvient encore à voir de la beauté et à trouver du plaisir dans les bouleversements radicaux que subit son environnement. 

Sachant que je suis une éco-flippée totale et que, par exemple, je n'ai pas dormi de la nuit après avoir lu cet article sur la piscine du réacteur numéro 4 de Fukushima, il est permis de se demander pourquoi je m'inflige ce genre de lecture. Peut-être que je suis maso. Peut-être que je cherche à apprivoiser mes peurs. Ou, tout simplement, peut-être que je ne veux pas me priver d'un très beau roman même s'il appuie là où ça fait mal. Et très beau, "L'âge des miracles" l'est sans aucun doute. L'auteure, dont c'est là le premier roman, parvient à raconter la rapide dégradation des conditions de vie sur Terre avec une poignance tout à fait dépourvue de pathos, une sorte de poésie de la catastrophe qui m'a amenée à relire de nombreux passages plusieurs fois. Mention spéciale à son tout dernier chapitre, où elle décrit le contenu potentiel du disque que les scientifiques veulent envoyer dans l'espace comme témoignage de ce que fut l'humanité: il m'a serré le coeur et fait monter les larmes aux yeux. Une lecture prenante dont je ne suis pas ressortie indemne. 

Petite précision: j'ai lu "L'âge des miracles" en VO, et ne puis garantir la qualité de la traduction française. La 4ème de couverture lue sur Amazon m'a consternée par son peu de rapport avec le ton général du roman; d'un autre côté, je suis bien placée pour savoir qu'elle a sans doute été rédigée par l'éditeur et ne constitue pas une indication fiable. 

15 commentaires:

Anonyme a dit…

Intéressant. J'ai lu le quatrième de couverture il y a quelques temps lors d'un passage en librairie et avait reposé le roman. Pas assez accrocheur pour moi. Grâce à toi, il va bénéficier d'une seconde chance.

Mélusine

EmilieSunny a dit…

Je tenterai bien...croisons les doigts pour que la VF ne soit pas trop mauvaise!

Isa a dit…

C'est drôle, j'ai failli l'acheter hier sur le bateau. A te lire, je crois que j'aurais dû ! :)

isabelle a dit…

pfff je ne tiens plus compte des 4ème pour choisir et j' ai même adopté une nouvelle methode a la bibliotheque , le hasard ou la couleur ou les 5 premiers de la pile et je decouvre des pepites et si j' aime pas , je rends et en prends un autre

ARMALITE a dit…

Apparemment c'est un gros succès (mérité, IMHO) de librairie, je crois qu'un film est même en préparation...

Clochette a dit…

C'est marrant j'ai justement noté ce livre dans ma liste de livres à lire aujourd'hui même!

ARMALITE a dit…

Tu sais ce qu'on dit sur les grands esprits ^^

nelly p a dit…

Je me laisserais bien tenter par la VO, d'autant qu'il y a un moment que je cherche un livre en anglais qui soit suffisamment intéressant pour ne pas l'abandonner en cours de route.

ARMALITE a dit…

Comme je le disais ailleurs, la VO est assez accessible, sans tournures grammaticales ardues ni vocabulaire pointu, à part quelques termes de physique qui sont à peu près les mêmes qu'en français.

nelly p a dit…

Bon, bah je suis convaincue, c'est mon prochain sur la liste !!

Miss Babooshka a dit…

Il en restait un, ton billet m'avait marquée, alors je l'ai acheté (en VF).

ARMALITE a dit…

J'espère vraiment qu'il vous plaira, vous me direz?

Miss Babooshka a dit…

Dès que je l'aurai lu, il y aura un billet sur mon blog, qui est un peumon journal de bord ;)

Gwen35 a dit…

Et hop, offert à ma fille pour ses 17 ans...et hâte qu'elle le finisse (elle aime !).
Merci Armalite pour tes conseils lectures, que ce soit pour moi ou pour offrir, je suis toujours tombée juste en suivant tes coups de coeur, et c'est précieux, ça, quand on ne lit pas autant qu'on aimerait...;-)

ARMALITE a dit…

Ca me fait plaisir ce que tu dis, parce que j'adore faire découvrir des livres que j'ai aimés :-)