vendredi 17 août 2012

Tourner la page




Bien sûr, la tristesse ne s'est pas envolée comme par magie. Plusieurs fois par jour, je me surprends à chercher Scarlett du regard. Quand je rentre à la maison et qu'elle n'est pas roulée en boule sur le canapé, quand je me couche le soir et qu'elle n'accourt pas en miaulant à tue-tête, ça me fait tout drôle.

Oui, sans elle, cet appartement n'a plus d'âme. Mais il n'a pas non plus d'odeur musquée et tenace, impossible à évacuer faute de pouvoir ouvrir les fenêtres en grand. Le sol n'est plus jonché de touffes de longs poils blancs, ni de traces de vomi ou de déjections diverses. Nous passons moins de temps à faire le ménage. L'alèse qui nous servait de couvre-lit enlevée, nous revoyons la couleur de nos draps. Et nous faisons des nuits complètes pour la première fois depuis quatorze mois. La cohabitation était devenue vraiment difficile les derniers temps, dans nos 50 mètres carrés sans portes ni balcon si mal adaptés à un animal. Du coup, je ne peux pas nier qu'un certain soulagement se mêle à mon chagrin.

Je n'ai plus peur d'écraser une petite patte chaque fois que je repousse mon fauteuil de bureau à roulettes ni que je descends d'une chaise sur laquelle j'étais montée pour attraper quelque chose. Je peux laisser les placards ouverts sans crainte d'y enfermer Scarlett par mégarde. Je fais des plans pour changer le canapé, évacuer le bac à litière et l'arbre à chat et les remplacer par une bibliothèque supplémentaire dont nous avons cruellement besoin. Hier, je me suis offert un joli bouquet orange pour orner ma table de salle à manger, sans crainte que Scarlett s'intoxique en mâchouillant les feuilles ou renverse le vase sur nos ordinateurs. Elle me manque, mais je suis prête à tourner la page. 

6 commentaires:

L@ure a dit…

Jeté rejoins sur le ménage et la couleur des draps... Je me disais d'ailleurs qu'aujourd'hui j'allais pouvoir mes draps ivoire brodés de petits coquelicots sans crainte qu'en une journée ils virente au gris (couleur des poils de Kid)... Même si la douleur et leur présence sont encore là, il faut bien continuer à vivre...
💛

Ann a dit…

Ben oui, un chat c'est pas toujours sympa..c'est ce que je borne à dire aux gens qui me demandent mon avis avant de prendre un chaton...j'ai toujours eu des chats, je ne peux pas imaginer mon foyer sans mais j'avoue que tous ces 'petits détails' que tu évoques me parlent vraiment (j'ajoute le fait de ne pouvoir posséder aucun objet en osier/coco...enfin si je peux mais effiloché alors ;-) Bonne journée...

Anonyme a dit…

un petit chat noir, à poils ras qui attendrait à la SPA ? prêt à devenir chat de salon ?

ARMALITE a dit…

Je ne veux plus reprendre de chat.

Princesse Audrey a dit…

Ça me soulage, et toutes mes pensées de soutien t'accompagnent dans cet élan.

nellyp a dit…

C'est une bonne chose. Le travail de deuil est bien entamé, on dirait. Je suis contente pour toi.