mercredi 1 août 2012

Le colis de non-swap de Mélusine


Il y a quelques semaines, j'ai reçu un paquet envoyé par Mélusine. Il contenait un roman de Lois Lowry, "Le Passeur", ainsi que deux objets et une carte enveloppés dans du papier kraft avec la mention: "Ouvre-moi page XX", plus un petit mot m'expliquant que même si je ne l'avais pas choisie comme swapeuse durant le swap des mondes imaginaires, Mélusine avait une idée de colis pour moi, et donc voilà. 

Inutile de vous dire que résister à ma curiosité a été plus que difficile: je venais d'entamer la lecture de "Shades of Grey" de Jasper Fforde, et je voulais le finir avant d'attaquer autre chose. Il se trouve que j'ai beaucoup peiné sur ce roman qui décrit une société utopique sans doute située dans un futur lointain, et où une mystérieuse autorité a édicté des règles qui régissent la vie de tous les citoyens dans leur moindres aspects. La société est organisée selon une hiérarchie très stricte qui dépend de la perception des couleurs de chaque citoyen. Les anti-conformistes sont purement et simplement envoyés au reboot, dont on découvre (attention: spoiler!) qu'il ne s'agit pas d'un programme de réhabilitation mais d'une condamnation à mort. 

Un mois s'est écoulé avant que je vienne à bout de "Shades of grey". Un mois pendant lequel j'ai maté les petits paquets de Mélusine du coin de l'oeil en me retenant de les déballer sauvagement. Dimanche matin, enfin, j'ai attaqué "Le Passeur", roman qui décrit une société utopique sans doute située dans un futur lointain, et où une mystérieuse autorité a édicté des règles qui régissent la vie de tous les citoyens dans leur moindres aspects. Tous les citoyens sont absolument égaux et ne doivent rien faire pour se distinguer les uns des autres. Ils ont depuis longtemps cessé de percevoir les couleurs et la moindre émotion. Ceux qui posent problème sont purement et simplement "élargis", processus dont on découvre (attention: spoiler!) qu'il ne s'agit pas d'un transfert vers un Ailleurs de rêve mais d'une condamnation à mort. 

Ah ah ah. 

Blague à part, j'ai beaucoup aimé "Le Passeur". D'abord parce que c'est un roman court et digeste, que j'ai terminé dans la journée. Ensuite parce qu'il pose une question très intéressante: vaut-il mieux que les gens disposent de leur libre arbitre, quitte à faire de mauvais choix, ou que tout soit décidé à leur place par la communauté (jusqu'à la personne qu'ils épousent ou le métier qu'ils exercent) pour une vie sans souffrance mais sans saveur? Qu'est-ce qui est plus important: l'individualité ou la cohésion sociale? Jonas, le jeune héros âgé de douze ans, est petit à petit amené à ouvrir les yeux sur les failles de la société dans laquelle il a grandi - et à trouver ses propres réponses. Le propos est intelligent et traité avec une simplicité de bon aloi, susceptible de plaire aux pré-ados comme aux adultes. La fin, par contre, m'a laissée un peu perplexe - je ne suis pas certaine de l'avoir comprise. Mais "Le Passeur" était une jolie découverte et un roman que je recommanderai volontiers. 

Au fur et à mesure de ma lecture, j'ai en outre déballé deux trousses gigogne ornées d'hippopotames, une carte avec un petit personnage déguisé en soleil et une broche hirondelle dont j'avais admiré la jumelle sur Mélusine pendant les Imaginales, toutes ces choses étant liées à certains passages du roman. Petit coup d'oeil sur l'ensemble du colis:



Remarquez au passage l'avancement de mon couvre-lit au crochet...

Merci Mélusine pour cette adorable surprise! 

9 commentaires:

Cécile de Brest a dit…

J'avais étudié Le Passeur avec mes élèves il y a quelques années. Je l'avais beaucoup aimé et eux aussi !

Anonyme a dit…

Pfiouuuuuuu... (dit celle qui stressait en se demandant si le colis allait plaire ^^)

Bel avancement au crochet :)

Mélusine

Anonyme a dit…

même question pour la fin du passeur : je n'ai pas vraiment compris ; j' ai lu un autre livre de cet auteur "messager" , je ne suis pas sure d'avoir tout compris non plus .
isabelle

ARMALITE a dit…

Personnellement (Attention: spoiler!), j'interprète ça comme une hallucination de Jonas qui est en train de crever de faim et de froid et qui aura payé sa liberté de sa vie. Mais c'est peut-être un peu dark pour de la littérature jeunesse.

Anonyme a dit…

J'aime beaucoup ta dernière phrase ;)
N'empêche, l'auteur y a peut-être songé, et la fin ouverte peut servir à cela, à la possibilité de différents niveaux de lecture, qu'on lise ado ou adulte :)

Mélusine

Cécile de Brest a dit…

Ouh....ton interprétation de la fin me glace !! Je crois en effet que pour de la littérature de jeunesse, c'est un peu dur. En fait, je pense qu'on a une interprétation différente selon l'âge : à l'époque où je l'avais étudié avec mes élèves, eux pensaient que la fin était heureuse, que Jonas avait réussi. Moi, j'étais plus mitigée sans être aussi pessimiste que toi. Ah, ces jeunes sont bien naïfs !!;-)

Athéna a dit…

On dirait le film "the island" avec Scarlett Johansson

Mamzelle Bulle a dit…

Je découvre ton blog depuis hier, j'aime beaucoup ta façon de penser et il regorge de bons conseils pour mieux m'organiser, c'est agréable! Je me permets de réagir sur Le passeur qui est un de mes livres préférés, il faut savoir qu'il fait partie d'une trilogie, le deuxième tome est L'élue et le troisième Messager, certains personnages se retrouvent au fil des livres et en filigrane de chacun de ces livres, se trouvent des réflexions sur la société, sur ce qui est acceptable ou non de notre part, etc...Le passeur est une lecture que j'ai adorée, qui m'a réellement fait réfléchir sur ce qui est un moindre mal, ce qui m'a notamment frappé, c'est l'absence de couleurs dans le monde dans lequel évolue Jonas. En tout cas, merci beaucoup pour ton blog et à bientôt au fil des autres articles ;)

ARMALITE a dit…

Merci à toi et bienvenue :-)