dimanche 12 août 2012

Hard Rock Café Bruxelles: peut mieux faire




Début août, le Hard Rock Café a ouvert ses portes à Bruxelles, à l'angle de la Grand-Place et dans les locaux d'un ancien café traditionnel. Malgré la file d'attente qui - nouveauté et vacances obligent - s'étire devant la porte, je me suis empressée d'aller y faire un tour dès que possible. 




Si la déco du rez-de-chaussée est rock à souhait, elle le devient de moins en moins au fur et à mesure qu'on monte dans les étages. Fidèle à l'architecture belge, chacun de ceux-ci ne possède qu'une surface limitée, de sorte que vu d'en bas, le restaurant ressemble à une sorte de puits. Je n'ai pas envié le boulot de l'hôtesse qui doit se taper les escaliers des dizaines de fois par heure. Elle nous a emmenés jusqu'au 3ème, où il ne restait pas grand-chose de l'ambiance HRC: juste de la musique rock et quelques dessins de célébrités encadrés sur les murs. Loin de la pénombre habituelle, la salle était inondée de lumière et bénéficiait d'une très jolie vue sur la Grand Place. Très jolie, oui, mais ce n'est pas du tout ce que j'attendais en venant au HRC.




Premier couac: nous sommes servis par une jeune femme espagnole certes charmante, mais qui ne parle pas un mot de français (ni de flamand, je présume). Nous pouvons nous exprimer en anglais, mais est-ce nécessairement le cas de tous les Bruxellois? La carte qu'elle nous présente est sans surprise; on y trouve à peu près la même chose que dans tous les HRC du monde. Comme nous avons envie de manger léger, nous ne demandons pas ce que contient le burger "local". En l'absence de ma bien-aimé Cobb salad, je commande une salade au poulet fumé, et Chouchou un Californian club sandwich.




Je suis assez surprise lorsqu'arrive mon assiette - et pas en bien. Sur un monticule de laitue déchiquetée, quatre fines tranches d'avocat pas mûr, à la limite du comestible; quelques morceaux de poulet et de bacon microscopiques; des brisures de noix de cajou. La vinaigrette aux agrumes est très bonne, mais 13,95€ pour ça, SERIEUSEMENT? J'ai toujours trouvé les plats du HRC un peu chers pour ce qu'on avait dans l'assiette, mais j'accepte dans une certaine mesure de payer le décor et l'ambiance des restaurants où je mange. Là, la mesure est largement dépassée. Je ne suis pas contente du tout. 

Chouchou semble satisfait de son sandwich. Je goûte ses frites: elles sont correctes, mais dix fois moins bonnes que celles de n'importe quel boui-boui belge. En dessert, refusant le cheesecake certes pas au speculoos, mais servi dans une verrine (= environ une bouchée et demie de gâteau pour 4,95€...), je commande un apple cobbler que je partage avec Chouchou et qui m'évite d'exploser de frustration. Nous tentons un petit tour à la boutique avant de sortir, mais elle est minuscule, mal foutue, grouille de monde et ne contient rien d'intéressant. Une autre fois peut-être? Non, je ne crois pas. 

Grand-Place 12a
1000 Bruxelles

7 commentaires:

Vanette a dit…

Nous avions, au début des années '90, un Art Rock Café, à Liège, qui me semblait plus dans l'esprit Hard Rock que celui qui a effectivement ouvert à Bruxelles.
C'est dommage qu'il soit fermé, et c'est dommage que la version belge du HRC soit si peu attirante. Ptêt qu'avec le temps ?

EmilieSunny a dit…

Oh ben ça me donne pas envie d'y aller du tout ça....

séverine a dit…

C'est exactement ce que je me suis dit cet après-midi!!

Mais j'ai quand même apprécié de pouvoir utiliser leurs toilettes gratos (sans consommer j'entends et sans madame pipi) et propres pcq un monsieur à l'air de passer régulièrement.

Je retiens donc l'adresse juste pour cette utilité! ;o)

nelly p a dit…

Les HRC m'apparaissent comment étant de vrais attrape-touristes, sans grand intérêt, si ce n'est peut-être d'en contempler la déco.
De toute façon, le concept a mal vieilli et m'a toujours semblé Has Been. Mieux vaut aller dans une friterie typique de la capitale, pour le coup. On sait à quoi s'attendre. Et on est aux couleurs locales :-/

Sophie a dit…

un HRC, ça me rappelle plein de souvenirs. A Madrid, à Paris aussi je crois. Souvent excellent. Rien que pour cela, j'irai y faire un tour...j'espère qu'il y a un costume d'Elvis!

ARMALITE a dit…

En principe, je suis super fan aussi, c'est une des premières choses que je regarde quand je prévois un voyage quelque part: y a-t-il un HRC dans le coin? J'aime la musique qu'ils passent, et même si la cuisine n'a rien d'exceptionnel, en général, ça le fait quand même. Mais celui de Bruxelles ne m'a pas conquise. Note que ça ne m'empêchera pas de tester celui de Barcelone en novembre! Quant au costume d'Elvis, je n'ai pas fait attention. Nous avons dîné sous une ignoble croûte signée Jerry Garcia.

Anonyme a dit…

Ce qui est étrange, c'est que personne ne parle jamais (et semble avoir oublié) qu'on a déjà eu un Hard Rock Cafe à Bruxelles ... Dans la portion de la chaussée d'Ixelles entre la rue du Viaduc et la rue Mercelis. J'y allais heu, en 1980, j'y suis allée deux fois (on y mangeait des hamburgers pas mauvais et du chili con carne que je n'ai pas osé goûter) et il y avait du vin californien au centimètre...

Bon, je confonds toujours l'Ultime atome et l'Amour fou (je crois que c'est justement l'Amour fou qui se trouve maintenant à cette adresse). Le HRC a fermé je ne sais plus quand, la maison est restée abandonnée, enfin, le rez commercial jusqu'à l'ouverture de l'Amour fou...

Eh oui... Comme endroit branché, à l'époque, il y avait aussi "L'Oie unique" (qui existe encore), "Le Circus" (à Uccle), le Fashion (avenue Louise), le Pluriel, et d'autres que j'ai oubliés...

(Marie-Françoise, une vieille ixelloise o;)