mercredi 18 avril 2012

"Sans honte"



(Attention, spoilers!)

Enceinte et répudiée par son mari qui refuse de croire que l'enfant est le sien, Alexia Tarabotti se retrouve dans une position très inconfortable. Comme si être obligée de vivre de nouveau avec sa mère et ses insupportables demi-soeurs ne suffisait pas, voilà que les vampires de Londres semblent avoir décidé de l'éliminer. Alexia se voit donc contrainte de se rendre en Italie, le pays natal de son père, pour se mettre en sécurité et tenter d'en apprendre davantage sur le bébé qu'elle porte...

Ce troisième tome du "Protectorat de l'Ombrelle" enchaîne directement après le second et ouvre clairement la voie pour le quatrième. Si "Sans âme" pouvait être lu seul, il n'en va pas de même de la suite des aventures d'Alexia Tarabotti, et je trouve ça très bien: ça donne l'impression que l'auteur sait où elle va, et ça permet de maintenir un suspens pas désagréable d'un tome à l'autre. Il commençait à y avoir du voyage et de l'action dans "Sans forme"; il y en a encore davantage dans "Sans honte" qui nous emmène d'abord à Paris, puis à Nice et à Florence (qu'Alexia, avec son pragmatisme habituel, trouve "orange"). L'humour sarcastique et pince-sans-rire de Gail Carriger est toujours au rendez-vous. Des personnages secondaires très présents jusque là recèdent un peu à l'arrière-plan tandis que d'autres en profitent pour occuper le devant de la scène, ce qui évite la lassitude. On voit se dessiner les pistes scénaristiques qui vont être exploitées dans les deux derniers tomes, sans pour autant deviner de quelle manière l'histoire se terminera. Vraiment, je suis fan. 

2 commentaires:

Isa a dit…

Moi aussi !

La princesse a dit…

AHHHH

J'allais commencer le troisième tome ce soir, il ne me reste qu'une trentaine de pages à lire. Je me demande comment ils en arrivent là !

Et pour rajouter mon petit mot au sujet de ton message du dessous, tu sais que tu peux toujours faire signe pour un moment détente à Bruxelles.