samedi 25 février 2012

"Lydie"


C'est à la faveur de sa réédition avec une nouvelle couverture que j'ai découvert cette bédé. Au début des années 30, il règne une atmosphère joviale et chaleureuse dans l'impasse du Bébé à Moustaches, ainsi surnommée à cause d'une publicité quelque peu enjolivée par un garnement du coin. Camille, la fille simplette du conducteur de locomotive surnommé Papa Tchou-Tchou, met au monde un enfant de père inconnu - une petite fille mort-née qu'elle aurait voulu appeler Lydie. Son chagrin est immense. Mais deux mois plus tard, elle annonce rayonnante que Dieu lui a rendu son bébé. Et parce qu'elle n'a jamais été aussi heureuse, tous les habitants de l'impasse vont entrer dans son jeu, choyant l'enfant imaginaire et lui faisant une place dans leur vie au fil des ans...

"Pourquoi faire du mal quand il est si facile de faire du bien?" Cette question résume à elle seule la profonde humanité qui se dégage de cette histoire. Avec des couleurs douces et tendres, des visages pleins de caractère et de bonhommie, Jordi Lafebre met en images l'émouvant scénario de son comparse Zidrou. Leurs talents conjugués font osciller le lecteur entre rire et larmes jusqu'à un dénouement hélas un peu expéditif, qui coupe court à la nouvelle orientation prise dans les dernières pages. Malgré ce petit regret, je recommande vivement "Lydie", une bédé qui fait chaud au coeur comme on aimerait en lire plus souvent. Et bien qu'elle soit un peu plus chère, je vous conseille d'opter pour la nouvelle version enrichie d'un supplément de 8 pages qui révèle l'identité du papa de Lydie (ou alors, je n'ai rien compris!).

2 commentaires:

sagattine a dit…

C'est à la faveur de cet article que j'ai inauguré un outil d'Amazon dont ma soeur m'avait parlé : la liste d'envie. Il n'y a pour le moment que cette BD, mais je vais me faire un plaisir de parcourir tes critiques littéraires pour ajouter d'autres ouvrages!

ARMALITE a dit…

J'en avais établi une, de wishlist Amazon, dans l'idée de la poster ici... Mais je n'ai pas trouvé le moyen de ne pas faire apparaître le vrai nom et la commune de résidence, donc finalement j'ai renoncé.